La pauvreté à travers les conditions de vie au sein de l’Union européenne

Les populations européennes ont des conditions de vie distinctes d’un pays à l’autre. De manière générale, les populations à l’Est de l’Europe sont davantage confrontées à des difficultés économiques de différents ordres.

La privation matérielle sévère

En moyenne, 9,6 % des Européens sont en situation de « privation matérielle sévère » (voir encadré), soit 48 millions de personnes. Les taux observés sont cependant très différents d’un pays à l’autre, en particulier entre les pays d’Europe du Nord et les nouveaux membres de l’Union européenne. Ainsi, tandis que 1,4 % des Suédois sont concernés et un peu plus de 5 % des Français, les taux dépassent 20 % en Grèce, en Hongrie ou encore en Roumanie, et même plus de 40 % en Bulgarie.

PNG - 15.9 ko
Encadré
Pour mesurer le risque de pauvreté et d’exclusion sociale au sein de l’Union européenne, Eurostat a retenu trois critères : la pauvreté monétaire, l’intensité du travail, et enfin la privation matérielle. Toujours selon l’organe statistique européen, est en situation de « privation matérielle sévère » toute personne qui n’est pas en mesure d’effectuer au moins quatre des neuf actions suivantes : payer un loyer ou des factures courantes, chauffer correctement son domicile, faire face à des dépenses imprévues, consommer de la viande, du poisson ou un équivalent de protéines tous les deux jours, s’offrir une semaine de vacances en dehors de son domicile, posséder une voiture personnelle, posséder un lave-linge, posséder un téléviseur couleur, posséder un téléphone.
Comme nous le faisons dans cet article, d’autres éléments peuvent être pris en compte pour analyser les conditions de vie des Européens, pour distinguer les difficultés liées au logement, liées à l’acquisition de biens durables et enfin aux difficultés économiques quotidiennes.

Les difficultés liées au logement

La qualité des conditions de logement est variable au sein de l’Union européenne, selon le critère retenu. Le taux de surpeuplement [1] le plus élevé est observé en Roumanie, où il est supérieur à 50 %, alors que 17,4 % des Européens en moyenne connaissent une telle situation. Parmi les membres « historiques » de l’Union européenne, l’Italie affiche également un taux élevé avec 27,3 % de sa population concernée, tandis que le taux le plus faible est observé en Belgique, avec 2 %. C’est en Bulgarie que la part de la population qui a des difficultés à chauffer suffisamment son logement est la plus grande (44,9 %), contre 10,8 % des Européens en moyenne. Les Portugais sont davantage concernés par un autre problème de logement, les fuites et l’humidité : 31,9 % d’entre eux y sont confrontés. 15,7 % des Européens en moyenne le sont également. Enfin, si ce n’est plus un problème pour la grande majorité des Européens, l’absence de toilettes à domicile est encore observée à un niveau élevé en Roumanie et en Bulgarie : tandis que la moyenne au sein de l’Union européenne est de 2,7 %, 34,1 % des Roumains et 21,4 % des Bulgares sont concernés.

L’acquisition de biens durables

Un autre critère permet de souligner et comparer les difficultés des Européens : leur capacité à acquérir des biens de consommation durables dont tout le monde a priori a besoin. Eurostat a retenu cinq biens pour lesquels le manque forcé peut traduire de telles difficultés : un téléphone, un téléviseur, une machine à laver, une voiture et enfin un ordinateur [2].
À l’exception des Bulgares et Roumains, les populations européennes ne présentent pas de difficultés à acquérir des biens tels que la machine à laver, le téléphone ou encore un téléviseur. En revanche, 5,1 % des Européens ne peuvent s’acheter un ordinateur – bien durable non pris en compte dans la mesure de la pauvreté mais pourtant outil nécessaire aujourd’hui pour communiquer –, et 8,6 % ne peuvent acquérir de voiture. À nouveau, c’est en Roumanie et en Bulgarie qu’on observe les taux parmi les plus élevés. En Roumanie par exemple, 22,3 % de la population ne peut s’acheter d’ordinateur, et 39,2 % une voiture.

Les difficultés économiques au quotidien

D’autres éléments permettent également d’illustrer les conditions de vie des Européens, mais cette fois dans leur quotidien.
À nouveau, on observe de fortes inégalités entre les populations de l’Est de l’Europe et les autres. Ainsi, plus de la moitié des Bulgares et plus d’un tiers des Hongrois ne peuvent s’offrir un repas avec viande ou équivalent tous les deux jours, tandis que la moyenne au sein de l’Union européenne atteint 10,6 %. De même, si les taux sont élevés dans la plupart des pays en ce qui concerne l’incapacité à faire face aux dépenses imprévus, ils sont souvent plus élevés chez les nouveaux adhérents à l’Union européenne. C’est en revanche en Grèce qu’on observe la part de la population la plus haute en ce qui concerne les arriérés (45,3 %), mais il est également élevé en Bulgarie (36,1 %).
Pour les départs en vacances, les difficultés sont davantage diffuses. Si les Suédois sont peu nombreux à ne pas pouvoir s’offrir une semaine de vacances loin de chez eux (10 %), la moyenne de l’Union européenne atteint 39,4 %. Ce taux est de 70 % en Croatie et est autour de 60 % en Pologne et au Portugal.

Photo : diebmx

Notes

[1Sont considérées en situation de surpeuplement les personnes qui vivent dans un logement qui ne comporte pas un nombre minimal de pièces, comprenant une pièce pour le ménage, une pièce pour chaque couple, une pièce pour les célibataires de 18 ans et plus, et selon les cas une pièce pour deux personnes du même sexe si elles ont entre 12 et 17 ans, une pièce par personne de sexe différent entre 12 et 17 ans, une pièce pour deux personnes de moins de 12 ans.

[2Lister de tels biens est une tâche difficile et est bien sûr contestable. Par exemple, de nombreuses personnes peuvent faire le choix de ne pas avoir de voiture ou de téléviseur. Il convient de souligner cependant que c’est le manque forcé qui est mesure, et non l’absence de tels biens dans les foyers.


Données

La richesse par habitant en Europe

Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de 12 100 euros [1], la Bulgarie est (...)

● Lire la suite

Éducation et formation tout au long de la vie en Europe

Le départ prématuré de l’école En 2013, 11,9 % des jeunes européens de 18 à 24 ans sont (...)

● Lire la suite


Analyses

An EU Perspective On Wage Inequality

It is still far-fetched to speak about a single European labour market but the very (...)

● Lire la suite

Les niveaux de revenus au sein de l’Union européenne

Les inégalités de revenus [3] entre les populations européennes sont considérables, en (...)

● Lire la suite


Recherche scientifique

Ethical Justifications of Social Europe

Is a European Social union desirable ? And is it feasible ? Many politicians are (...)

● Lire la suite

Crisis and Inequality in Europe

The development of inequality Inequality in Europe has two dimensions : (a) (...)

● Lire la suite


Sondages et opinions

Que pensent les Européens des inégalités hommes/femmes ?

L’enquête datée de mars 2012 interroge le rapport des Européens aux inégalités (...)

● Lire la suite

Les Hongrois pleurent ensemble et stagnent ensemble

Comme indiqué dans des articles précédents, la moitié de la population hongroise (...)

● Lire la suite


10 février 2015

Thèmes : • Logement • Comparaisons

Données

Même thème