Le chômage en Europe

9,7 % des Européens sont au chômage. Ils sont 20,2 % en Espagne contre 4,5 % en Autriche et aux Pays-Bas.

Etat des lieux

Le taux de chômage en Europe s’élevait en 2010 à 9,7 % en moyenne dans l’Union européenne (voir encadré). L’Espagne est le pays le plus touché : 20,2 % de la population est sans emploi, soit 4,6 millions de personnes. Derrière l’Espagne, l’Irlande (13,7 %), la Grèce (12,7 %) et le Portugal (11,4 %) présentent également des taux de chômage supérieurs à la moyenne européenne. Avec un taux de chômage estimé à 9,3 %, la France se situe en-dessous. Les taux de chômage les plus faibles sont en Autriche et aux Pays-Bas (4,5 %).

-  Le chômage selon le sexe

Les hommes et les femmes sont touchés de la même manière par le chômage au niveau européen mais des disparités existent dans certains pays : en Irlande, le taux de chômage des hommes est de 17,1 % contre 9,6 % pour les femmes. Les femmes grecques affichent un taux de chômage bien plus important que les hommes (16,4 % contre 10,1 %).

- Le chômage selon l’âge

Dans tous les pays européens, le chômage touche tout particulièrement les plus jeunes avec un taux supérieur à 20 % dans de nombreux pays. Le taux de chômage des 15–24 ans dans l’ensemble de l’Europe est de 20,8 %, contre 9,7 % pour la population totale. 41,6 % des jeunes Espagnols et 32,9 % des jeunes Grecs sont au chômage. Le taux le plus bas se trouve aux Pays-Bas (8,7 %). En France, le taux est au-dessus de la moyenne européenne (22,5 %).

A l’inverse, les personnes âgées de 50 à 64 ans semblent moins touchées. Au niveau européen, le taux est de 6,9 %. Le taux recensé le plus élevé concerne l’Espagne (14,4 %) et le plus bas, l’Autriche (3 %).

Il est difficile de recenser l’ensemble des raisons qui expliquent les écarts de niveau de chômage entre les pays, le sexe ou l’âge au niveau européen. De manière générale, les taux de chômage en Grèce et en Espagne se sont très largement accrus à la suite de la crise économique. En période de crise, le chômage touche davantage les jeunes en raison du principe du "dernier arrivé, premier licencié".

Les comparaisons sur le chômage doivent cependant être considérées avec précaution : le niveau de chômage ne permet pas de connaître la qualité ou le niveau de précarité de l’emploi. Selon la définition internationale (voir encadré), il suffit d’avoir travaillé une heure dans la semaine de référence de l’enquête pour ne pas être considéré comme chômeur. Un pays qui compte de très nombreux "petits boulots", très précaires, peut avoir un taux de chômage faible mais une situation de l’emploi très dégradée. De même, dans certains pays, la situation du marché du travail est tellement dégradée que les personnes en âge de travailler sont découragées de se porter sur le marché du travail : elles n’apparaissent alors plus comme "actives" dans le calcul du taux de chômage alors qu’elles pourraient souhaiter travailler dans de meilleures conditions (voir encadré).

La définition du chômage

Les comparaisons internationales se fondent sur la définition du Bureau international du travail (BIT). Un chômeur est une personne qui fait partie de la population active - c’est-à-dire en âge de travailler et ayant les capacités physiques pour - qui n’a pas d’emploi au moment où sa situation est prise en compte mais qui en cherche activement. On distingue donc les chômeurs des personnes inactives, c’est-à-dire qui ne sont pas dans la tranche d’âge de la population active ou qui ne souhaitent pas travailler. Il suffit d’avoir travaillé au moins une heure dans la semaine de référence de l’enquête pour ne pas être considéré comme chômeur.

Données

La richesse par habitant en Europe

Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de 12 100 euros [1], la Bulgarie est (...)

● Lire la suite

Éducation et formation tout au long de la vie en Europe

Le départ prématuré de l’école En 2013, 11,9 % des jeunes européens de 18 à 24 ans sont (...)

● Lire la suite


Analyses

An EU Perspective On Wage Inequality

It is still far-fetched to speak about a single European labour market but the very (...)

● Lire la suite

Les niveaux de revenus au sein de l’Union européenne

Les inégalités de revenus [3] entre les populations européennes sont considérables, en (...)

● Lire la suite


Recherche scientifique

Ethical Justifications of Social Europe

Is a European Social union desirable ? And is it feasible ? Many politicians are (...)

● Lire la suite

Crisis and Inequality in Europe

The development of inequality Inequality in Europe has two dimensions : (a) (...)

● Lire la suite


Sondages et opinions

Que pensent les Européens des inégalités hommes/femmes ?

L’enquête datée de mars 2012 interroge le rapport des Européens aux inégalités (...)

● Lire la suite

Les Hongrois pleurent ensemble et stagnent ensemble

Comme indiqué dans des articles précédents, la moitié de la population hongroise (...)

● Lire la suite


8 juillet 2011

Thèmes : • Chômage

Données

En partenariat

L’Observatoire des inégalités est un organisme indépendant d’information et d’analyse sur les inégalités. Il est situé à Tours et dispose d’une antenne en région parisienne. Outre l’équipe permanente, il s’appuie sur un réseau de citoyens sensibilisés par la question des inégalités. L’Observatoire des inégalités dispose par ailleurs d’un conseil scientifique composé d’économistes, de philosophes, de sociologues et de juristes.

● Voir tous les articles de la même source

● Voir le site Internet

Même thème