Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Territoires

Les inégalités de revenus selon les régions

Données 5 décembre 2017

L’écart des revenus mensuels entre les plus riches et les plus pauvres varie de 3 000 euros en Île-de-France à 1 800 euros en Bretagne et dans les Pays de la Loire. Les populations les plus aisées de la Réunion et de la Martinique gagnent près de cinq fois plus que les plus pauvres, comme en Île-de-France.

Territoires Revenus

Les territoires français les plus inégalitaires se situent principalement dans le sud de la France, dans les territoires d’outre-mer et en Île-de-France. Cette dernière région arrive en tête : les habitants les 10 % les plus riches touchent au moins 3 017 euros par mois (après impôts et prestations sociales) de plus que les 10 % les plus pauvres (indicateur que l’on appelle « écart interdécile [1] »), selon les données 2014 de l’Insee. Suivent deux régions du sud de la France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec des écarts de revenus mensuels aux alentours de 2 250 euros chacune.

À l’opposé, les plus riches des habitants de la région Pays de la Loire gagnent au minimum 1 811 euros de plus par mois que la population la plus modeste de ce territoire. En Bretagne, cet écart est aussi « seulement » de 1 902 euros. Les écarts de revenus sont près de deux fois plus élevés entre les régions les plus inégalitaires et celles qui le sont le moins.

Pour mesurer les inégalités de revenus, on peut aussi raisonner de façon relative, c’est-à-dire en mesurant le « rapport interdécile » [2]. La Réunion est première de ce classement avec un rapport de 4,8 du fait de l’extrême faiblesse du niveau de vie des plus pauvres. L’Île-de-France arrive tout de suite après : les 10 % de sa population la plus aisée ont un revenu minimum 4,5 fois plus élevé que le revenu maximum des 10 % les plus modestes. En troisième position, on trouve à nouveau un territoire d’outre-mer, la Martinique, avec un rapport interdécile de 4,4. Comme pour l’écart interdécile, les Pays de la Loire et la Bretagne sont les régions les moins inégalitaires du point de vue du rapport interdécile.

Ces inégalités de revenus selon les régions sont d’abord liées à la répartition des activités économiques sur les territoires. L’Île-de-France, par exemple, concentre les lieux de décisions et donc les hauts revenus, tout en abritant des populations très modestes. Les écarts de revenus traduisent l’éventail gigantesque qui existe entre les revenus des Franciliens. Les régions du sud de la France, inégalitaires en termes de revenus, sont davantage touchées par le chômage et elles ont à la fois beaucoup de hauts revenus de cadres supérieurs et de professions libérales et beaucoup de chômeurs et de travailleurs précaires. L’Ouest de la France a été moins touché par les conséquences du déclin industriel français. Quant à l’Outre-mer, la plus grande misère côtoie les plus hauts revenus, le plus souvent détenus par des personnes qui ne sont pas originaires de ces territoires.

Les inégalités de revenus selon les régions
Niveau de vie médian par mois et par personne
en euros
Écart interdécile* des revenus mensuels
en euros
Rapport interdécile**
Île-de-France1 8773 0174,5
Auvergne-Rhône-Alpes1 7452 1593,4
Bretagne1 7061 8112,9
Grand Est1 7011 9313,4
Centre-Val de Loire1 6951 9503,1
Pays de la Loire1 6791 8112,8
Bourgogne-Franche-Comté1 6741 9123,1
Nouvelle-Aquitaine1 6661 9663,2
Normandie1 6581 9023,1
Provence-Alpes-Côte d'Azur1 6582 2573,7
Occitanie1 6212 2513,5
Corse1 5772 1263,7
Hauts-de-France1 5682 0013,3
Martinique1 3402 2104,4
La Réunion1 1522 2034,8
France métropolitaine1 6972 0853,5
Données pour une personne, après impôts et prestations sociales. *Écart interdécile (calculs de l'Observatoire des inégalités) : différence en euros entre le niveau minimum des revenus des 10 % les plus riches (9e décile) et le niveau maximum des revenus des 10 % les plus pauvres (1er décile).**Rapport entre le revenu minimum des 10 % les plus riches et le revenu maximum des 10 % les plus pauvres. France métropolitaine, Martinique et La Réunion. Lecture : à La Réunion, les 10 % les plus riches ont un revenu mensuel 4,8 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres. Ou aussi, les 10 % les plus aisés gagnent au minimum 2 203 euros de plus par mois que les 10 % les plus modestes.
Source : Insee - Données 2014 - © Observatoire des inégalités

Des inégalités de revenus fortement limitées par les transferts sociaux

Les prestations sociales et les impôts limitent les inégalités de niveau de vie au sein des régions, selon les données publiées par l’Insee [3]. L’Île-de-France est la région de métropole la plus inégalitaire avec un rapport interdécile de 4,5, une fois les prestations sociales versées et les impôts retirés. Mais s’il n’y avait pas cette redistribution de la richesse, le même rapport serait de 7,6. Les impôts limitent les revenus des plus riches, tandis que les prestations sociales élèvent les revenus des plus modestes. Ces transferts jouent à plein dans les Hauts-de-France : avant redistribution, les 10 % les plus riches ont des revenus minimum 6,5 fois supérieurs à ceux maximum des 10 % les plus pauvres ; après redistribution, ce rapport passe à 3,3, c’est-à-dire deux fois moins. L’Insee ne publie pas l’effet des transferts sociaux dans les territoires d’outre-mer où les inégalités de revenus sont pourtant très fortes.

Les inégalités de revenus selon les régions avant et après transferts sociaux
Rapport interdécile* avant impôts et prestations sociales
Rapport interdécile* après impôts et prestations sociales
Île-de-France7,64,5
Provence-Alpes-Côte d'Azur6,83,7
Hauts-de-France6,53,3
Corse6,43,7
Occitanie6,23,5
Grand Est5,53,4
Auvergne-Rhône-Alpes5,13,4
Normandie4,93,1
Nouvelle-Aquitaine4,83,2
Centre-Val de Loire4,73,1
Bourgogne-Franche-Comté4,73,1
Bretagne4,12,9
Pays de la Loire4,02,8
*Rapport entre le revenu minimum des 10 % les plus riches et le revenu maximum des 10 % les plus pauvres.
Source : Insee - Données 2014 - © Observatoire des inégalités

Photo / Fort-de-France by Prayitno CC.


[1L’écart interdécile mesure la différence entre la limite inférieure du niveau de vie des 10 % les plus riches et la limite supérieure des 10 % les plus pauvres.

[2Le rapport interdécile divise la limite inférieure du niveau de vie des 10 % les plus riches par la limite supérieure des 10 % les plus pauvres.


Date de première rédaction le 5 décembre 2017.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Territoires


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Monde

Sur le même sujet

Données 05/12/2017
Les inégalités de revenus selon les régions
Analyses 13/10/2017
Les trois quarts des élèves défavorisés étudient hors de l’éducation prioritaire
Analyses 07/09/2017
Les trois quarts des pauvres vivent hors des quartiers prioritaires
Entretiens 18/08/2017
« Les déserts médicaux se créent aussi là où on ne les attend pas ». Entretien avec Emmanuel Vigneron, géographe
Analyses 08/08/2017
Déserts médicaux : une première cartographie
Données 20/07/2017
Les catégories sociales dans les départements
Données 19/07/2017
Des taux de chômage très inégaux selon les départements
Analyses 06/07/2017
France d’en haut, France d’en bas : les inégalités dans les communes de plus de 20 000 habitants
Analyses 19/05/2017
Quelles sont les villes les plus inégalitaires de France ?
Données 17/05/2017
Les pauvres vivent dans les grandes villes, pas en périphérie