Observatoire des inégalités
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Âges et générations

L’insertion professionnelle des jeunes : de fortes inégalités selon le diplôme

Données 23 février 2018

Statut d’emploi, chômage et milieu social : les conditions d’insertion des jeunes dans le monde du travail sont très inégales suivant leur niveau de diplôme.

Éducation Ages et générations Éducation et emploi Emploi

Les jeunes générations subissent globalement les conséquences d’un marché du travail qui reste morose. Mais les écarts en matière d’emplois sont énormes entre les diplômés et les autres. Une synthèse des principales données sur l’insertion des jeunes d’après les données du Céreq [1].

Quel statut pour le premier emploi ?

Plus des deux tiers des jeunes sortis du système éducatif en 2013 ont travaillé en emploi à durée déterminée (CDD, intérim, etc.) pour leur premier poste. C’est le cas d’environ huit jeunes sur dix qui n’ont au mieux que le baccalauréat, un CAP-BEP, voire aucun diplôme. La proportion diminue avec l’élévation du niveau d’études : la moitié des titulaires d’un bac + 5 débute par un contrat précaire. Certains contrats temporaires servent de tremplin vers un emploi durable. D’autres, en revanche, souvent occupés par les moins diplômés, installent durablement les jeunes dans l’insécurité de l’emploi, notamment par le renouvellement de contrats à durée déterminée. Pour ces jeunes, l’avenir reste très incertain et ils sont sans possibilité de se projeter dans des projets (vie de couple ou achat de biens immobiliers par exemple).

Le statut du premier emploi
Unité : %
Emploi à durée indéterminée*
Emploi à durée déterminée**
Aucun diplôme2080
CAP-BEP2377
Baccalauréat2476
Bac + 2***2971
Bac + 3/4***2872
Bac + 5 4852
Écoles de commerce et d'ingénieurs5446
Doctorat4555
Ensemble3070
Ensemble des jeunes ayant occupé un emploi au cours de leurs trois premières années de vie active. * Comprend les non-salariés. ** Comprend intérim et contrats aidés. *** Hors santé et social.
Source : Céreq - Enquête 2016 auprès de la génération sortie de l'école en 2013 - © Observatoire des inégalités

Trois ans après la fin des études : les écarts se creusent

Une fois dans le monde du travail, les écarts entre les jeunes continuent de se creuser en fonction de leur titre scolaire. Trois ans après la fin de leurs études, 39 % de ceux qui travaillent ont un emploi à durée déterminée, mais les non-diplômés sont près de deux fois plus (65 %) que la moyenne dans ce cas. Un tiers seulement des non-diplômés a décroché un CDI, contre 82 % des bac + 5. Un marché du travail à deux vitesses se constitue, déjà entre les jeunes adultes, entre ceux qui demeurent dans l’emploi précaire et les autres (contrat à durée indéterminée et fonction publique).

Conditions d'emploi des jeunes trois ans après la fin de leurs études
Unité : %
Emploi à durée indéterminée*
Emploi à durée déterminée**
Aucun diplôme3565
CAP-BEP4951
Baccalauréat5249
Bac + 2***6833
Bac + 3/4***6833
Bac + 58218
Écoles de commerce et d'ingénieurs9010
Doctorat7129
Ensemble6239
Ensemble des jeunes occupant un emploi au terme de leur troisième année de vie active. * Comprend les non-salariés. ** Comprend intérim et contrats aidés. *** Hors santé et social.
Source : Céreq - Enquête 2016 auprès de la génération sortie de l'école en 2013 - © Observatoire des inégalités

La moitié des sans-diplôme au chômage

Face au chômage, les inégalités sont encore plus grandes. En 2016, un jeune non diplômé sur deux sortis de l’école en 2013 était au chômage, contre 10 % des bac + 5, et 6 % des titulaires d’un doctorat. Une partie des diplômés connaît le chômage, mais beaucoup plus rarement que ceux qui n’ont pas de titre scolaire à valoriser sur le marché du travail. De plus, ces jeunes au chômage perçoivent le plus souvent des niveaux d’indemnités très réduites, quand ils sont indemnisés.

Taux de chômage des jeunes en 2016
Trois ans après la fin des études
Unité : %

Aucun diplôme49
CAP-BEP28
Baccalauréat19
Bac + 2*12
Bac + 3/4* 13
Bac + 510
Écoles de commerce et d'ingénieurs7
Doctorat6
Ensemble20
Ensemble de la génération. * Hors santé et social.
Source : Céreq - Enquête 2016 auprès de la génération sortie de l'école en 2013 - © Observatoire des inégalités
Le diplôme, une arme essentielle sur le marché du travail
Les jeunes connaissent des difficultés communes, mais celles-ci sont très inégales selon leur parcours scolaire. Face à la précarité, au chômage et aux bas salaires, le diplôme demeure un atout essentiel. Pour une partie des plus diplômés – notamment des filières généralistes de l’enseignement supérieur –, la situation n’est pas toujours facile et l’insertion souvent lente. Pour autant, leur situation n’a rien à voir avec les difficultés rencontrées par les moins qualifiés. Dans un pays où le titre scolaire est sacralisé, ceux qui ne sont pas dotés d’un diplôme passent en dernier. On s’inquiète beaucoup plus du déclassement des diplômés que du non-classement des jeunes peu diplômés, le plus souvent issus des milieux populaires. Une fois dans l’emploi, le faible développement de la formation professionnelle continue et des promotions internes font que le « ticket d’entrée » décide, encore dans de trop nombreux cas, de la suite du parcours professionnel. La réussite reste possible, mais au prix d’efforts incomparables à ceux des salariés diplômés.

Le milieu social des jeunes, trois ans après la fin des études

Près de la moitié des jeunes ayant achevé leurs études en 2013 sont employés ou ouvriers, 18 % cadres supérieurs. Pratiquement la totalité (92 %) des titulaires d’un doctorat sont cadres, contre 3 % de ceux qui n’ont « que » le bac en poche. 44 % des non-diplômés sont ouvriers, c’est le cas de seulement 16 % des bac + 2.

Dans un pays où la formation continue fait encore défaut, les positions sociales acquises à l’entrée dans le marché du travail sont décisives pour la suite de la carrière professionnelle. Au bout du compte, comme l’accès au diplôme est lui-même très lié à la position sociale des parents, les enfants de cadres deviennent bien plus souvent cadres eux-mêmes que les enfants d’ouvriers.

Catégorie socioprofessionnelle des jeunes selon le diplôme
Trois ans après la fin des études
Unité : %
Agric. ou indép.
Cadres sup.
Prof. interm.
Employés
Ouvriers
Aucun diplôme31153744
CAP-BEP20133748
Baccalauréat23264227
Bac + 2*36443116
Bac + 3/4*21753226
Bac + 52593261
Doctorat192700
Ensemble218332720
Ensemble des jeunes en emploi au printemps 2016. * hors santé et social.
Source : Céreq - Enquête 2016 auprès de la génération sortie de l'école en 2013 - © Observatoire des inégalités

Photo / Pexels.com CC



Date de première rédaction le 23 février 2018.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Âges et générations


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Points de vue 14/06/2018
Non, les enfants pauvres n’existent pas
Données 15/05/2018
La pauvreté augmente chez les plus jeunes, mais n’épargne pas les plus âgés
Données 23/02/2018
L’insertion professionnelle des jeunes : de fortes inégalités selon le diplôme
Données 03/11/2017
Revenus : les jeunes paient le prix de la crise
Propositions 03/11/2017
Favoriser l’autonomie des jeunes
Données 10/10/2017
Chômage : les jeunes aux premières loges
Données 08/09/2017
La pauvreté selon l’âge
Données 16/02/2017
Les inégalités de niveau de vie selon l’âge
Analyses 07/02/2017
Les adolescents des cités sont-ils enfermés dans des ghettos ?
Données 06/01/2017
Salaires : les inégalités entre catégories sociales se creusent avec l’âge