Observatoire des inégalités
Soutenez l'Observatoire des inégalités >>                              X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Conditions de vie

Rapport 2019 : l’essentiel sur les inégalités de mode de vie

Le tour de la question 4 juin 2019

Logement, espérance de vie, pratiques culturelles : quels sont les chiffres-clés des inégalités de conditions de vie ? Quelles sont les inégalités entre femmes et hommes ou entre catégories sociales en termes de représentation dans les médias et dans les lieux de pouvoir politique ? L’essentiel du chapitre « Mode de vie » du Rapport sur les inégalités édition 2019, de l’Observatoire des inégalités.

Lien social et politique Conditions de vie Femmes et hommes Vie politique Conditions et modes de vie Vie politique

Le mal-logement persiste de manière choquante dans notre pays. Parmi toutes les difficultés graves de logement, rappelons que 800 000 personnes n’ont pas de domicile personnel. La majorité d’entre elles (643 000) sont hébergées dans des conditions de confort plus ou moins acceptables, mais sans accéder à l’autonomie. 143 000 personnes n’ont aucun domicile et doivent recourir à l’hébergement social, à l’hôtel et, pour au minimum 11 000 d’entre elles, dorment à la rue (Fondation Abbé Pierre 2019 selon Insee, données 2013).

Les conditions de logement sont fortement inégales selon les revenus. Les ménages immigrés figurent parmi les plus mal lotis. 26,1 % des ménages immigrés habitent dans un logement trop petit. C’est 3,7 fois plus que les non-immigrés (Insee, 2013). Cela s’explique principalement par leur niveau de vie, souvent plus faible.

Logement, alimentation, accès aux soins et surtout pénibilité physique du travail : les conditions matérielles de vie ont des répercussions majeures sur la santé et finalement, sur la durée de vie. Chez les hommes, treize années séparent l’espérance de vie des 5 % les plus pauvres (71,7 ans) des 5 % les plus riches (84,4 ans).

L’accès à Internet, mais aussi les usages que l’on en fait, restent très différenciés, surtout en termes d’âge, mais aussi entre catégories sociales. 98 % des cadres supérieurs effectuent par exemple des démarches administratives en ligne, proportion 1,4 fois plus élevée que chez les ouvriers qui ne sont que 69 % à le faire (Crédoc, 2018). Ne pas pouvoir ou savoir acheter un billet de train ou accomplir une demande d’aide sociale en ligne, par exemple, constitue désormais un handicap grave pour une partie de la population.

Les pratiques culturelles sont fortement marquées par notre appartenance sociale. 42 % des 20 % les plus riches sont allés plus de trois fois au cinéma dans l’année. Parmi les 20 % les plus pauvres, seuls 17 % en ont fait autant. Une pratique 2,5 fois plus répandue chez les plus riches que chez les plus pauvres (Insee, 2015).

Dans les médias, les milieux populaires sont très peu visibles. La télévision, par exemple, reflète la réalité sociale de notre pays de manière très déformée. Les cadres supérieurs y sont 15 fois plus visibles que les ouvriers dans les œuvres de fiction et les programmes d’information (CSA, 2018). Avec les manifestations des « gilets jaunes », on a vu apparaître quelques figures moins favorisées sur les plateaux de télévision.

Et demain ?

L’évolution des conditions de vie dépend en grande partie des niveaux de vie, qui ne s’améliorent plus pour la majorité de la population. Dans le domaine du logement, les progrès ne sont plus ce qu’ils ont pu être dans les décennies précédentes [1]. Seul un programme d’investissement public d’envergure pourrait modifier la donne, en particulier pour les plus jeunes, mais il n’est pas à l’agenda politique actuel de la majorité. L’état de santé dépend beaucoup des conditions du travail, qui ne progressent guère ; au contraire, la précarisation joue en sens inverse. En politique, la place des femmes devrait continuer à s’améliorer, mais trop lentement pour ce qui est des postes à responsabilité. Quant à la représentation des catégories populaires, le rendez-vous est fixé aux prochaines élections législatives en 2022. Reste à savoir quels seront les partis politiques sauront diversifier l’origine sociale de leurs élus.

Infographies / © Corinne Veron-Durand, anandita.studio, pour l’Observatoire des inégalités


[1On manque de données sur les années récentes puisque la dernière enquête de l’Insee date de 2013


Date de première rédaction le 4 juin 2019.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Conditions de vie


Autres thèmes

> Revenus, patrimoine, pauvreté > Emploi > Éducation > Lien social et politique > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Données 01/10/2019
Santé bucco-dentaire des jeunes : le poids de l’origine sociale
Données 16/07/2019
Une précarité énergétique qui diminue
Analyses 25/06/2019
Que pensent les Français des inégalités ?
Le tour de la question 04/06/2019
Rapport 2019 : l’essentiel sur les inégalités de mode de vie
Données 17/05/2019
L’homophobie reste présente dans la société française
Données 16/04/2019
Quatre millions de mal-logés : de quoi parle-t-on ?
Points de vue 11/02/2019
Qui sont les privilégiés en France ?
Données 21/12/2018
Qui a eu son iPhone 10 à Noël ?
Données 18/10/2018
Les pratiques culturelles selon les catégories sociales et les revenus
Analyses 18/10/2018
Rap = Opéra ?