Égalité et réchauffement climatique

L’inégalité alimente les rivalités de statut, l’individualisme et le consumérisme. Il devient plus ardu d’obtenir le soutien de l’opinion publique en faveur de politiques qui réduisent le réchauffement de la planète.

Au cours des quelque 40 prochaines années, les émissions de gaz carbonique devront être réduites de 80 ou 90 pourcent. Pour la prochaine génération, la politique sera dominée par les questions environnementales, qu’il s’agisse de la réduction des émissions de gaz carbonique ou des résultats de notre échec à y parvenir. Il est par conséquent important d’analyser comment la création d’un système économique viable dépend d’un plus grand degré d’égalité.

La rubrique intitulée l’Égalité plutôt que la croissance présente les preuves selon lesquelles une croissance économique en continu n’engendre plus d’avantages réels pour les pays riches. Ceci ne dépend pas d’une évaluation des dégâts écologiques qui pourraient être occasionnés par une continuation de la croissance économique parmi les pays riches, mais repose plutôt sur les preuves selon lesquelles la croissance économique n’est plus synonyme d’augmentation du bonheur, de l’espérance de vie ou des niveaux de bien-être. En outre, les preuves concernant la prévalence des problèmes de santé et de tout un éventail de problèmes sociaux indiquent que si les pays fortement industrialisés et riches s’enrichissent encore davantage, cela ne fera qu’accroître l’inégalité, sans pour autant améliorer les résultats.

Les gens pensent souvent que nous avons le choix entre améliorer la qualité de vie réelle en poursuivant la croissance économique jusqu’à ce que nous ne soyons plus à même de faire face aux coûts écologiques ou sacrifier les améliorations apportées à la qualité de vie afin de parvenir à une viabilité économique. Cependant, les preuves suggèrent qu’alors que la poursuite de la croissance économique n’apporte plus d’améliorations réelles à la qualité de vie, l’acceptation des limites de la viabilité n’implique pas de réels sacrifices. Ceci ne signifie pas qu’il faut accepter que la qualité de vie ne puisse pas être améliorée : il est désormais clair que la réduction de l’ampleur des inégalités de revenus au sein de chaque société peut contribuer considérablement au bien-être de populations entières.

Consumérisme

Le consumérisme et l’opposition à toute politique qui semble entraver l’optimisation de la consommation et des revenus personnels représentent les principaux obstacles à la durabilité. La rivalité de statut joue cependant un rôle crucial dans l’alimentation de la consommation, le fait de ne pas être à la traîne des autres, de maintenir les apparences, d’avoir les bons vêtements, la bonne voiture, la maison, l’éducation, etc., de sortir gagnant de la comparaison avec les autres. Plus il y a d’inégalités, plus ces pressions sont exacerbées.

En conséquence de quoi les gens qui vivent au sein de sociétés inégalitaires travaillent plus pour maintenir les apparences. Ils dépensent plus, épargnent moins, s’endettent davantage et aspirent à des revenus toujours plus élevés. Robert Frank analyse certains éléments de preuves dans ses livres Falling Behind : how rising inequality harms the middle class (University of California Press 2007) et Luxury Fever : Why money fails to satisfy in an era of success (Free Press, N.Y.. 1999). Vous trouverez également des preuves qu’une plus grande inégalité mène à de plus longues journées de travail chez Bowles S, Park Y. Emulation, Inequality, and Work Hours : was Thorstein Veblen Right ? The Economic Journal 2005 ; 115 (507) : F397-F412.

Plutôt que de croire que le consumérisme est une expression inévitable de la nature humaine qui nous empêchera de répondre de manière adéquate au problème du réchauffement climatique, nous avons besoin de reconnaître qu’il n’est que le reflet d’un environnement social créé par une inégalité exacerbée et qu’il peut être combattu en réduisant l’inégalité.

Une plus grande inégalité rend les gens plus individualistes et intéressés. C’est la raison pour laquelle elle entrave la cohésion sociale et divise la société. C’est la raison pour laquelle (cf. rubrique sur la Confiance et la vie au sein de la communauté) elle affaiblit les niveaux de confiance en la vie communautaire et la participation à celle-ci. Les sociétés plus égalitaires se distinguent par des attitudes conditionnées par le bien public qui vont de pair avec une meilleure égalité comme par exemple le recyclage des déchets, comme en atteste le graphique ci-dessous. Ce graphique montre la relation entre l’inégalité et le classement moyen de 11 pays dans le domaine du recyclage de 5 matériaux différents : papier et carton, conserves en aluminium, verre, conserves en acier et déchets municipaux. Les données relatives au recyclage sont tirées de Planet Ark, Recycling Olympics, 2004.

Non seulement une meilleure égalité est essentielle si nous devons cesser de dilapider les ressources de la planète au profit de rivalités de statut synonymes de gaspillage, mais il est aussi nécessaire que les politiques visant à réduire le réchauffement climatique soient vues comme équitables si nous espérons qu’elles gagnent la faveur de l’opinion publique. Il est peu probable que les gens changent leur mode de vie si les riches ont le droit de produire 10 fois plus d’émissions de gaz carbonique que les pauvres en continuant de conduire de grosses voitures, de chauffer des maisons immenses, de prendre l’avion pour partir en vacances et de consommer plus que tout le monde. Pendant la Seconde guerre mondiale, afin de rallier l’opinion publique aux efforts de guerre, le gouvernement britannique devait faire en sorte que les gens ressentent que le fardeau de la guerre était partagé de manière égale. C’est la raison pour laquelle tout le monde avait les mêmes rations pour ce qui est des vêtements ou des denrées, les impôts étaient beaucoup plus progressifs et les biens de luxe étaient taxés alors que les biens de première nécessité étaient subventionnés. Sans le sentiment de la participation de tous à une cause commune, il ne sera pas possible d’enrayer la progression du réchauffement climatique.


Photo : Creative Commons ; thewritingzone on flickr


Données

La richesse par habitant en Europe

Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de 12 100 euros [1], la Bulgarie est (...)

● Lire la suite

Éducation et formation tout au long de la vie en Europe

Le départ prématuré de l’école En 2013, 11,9 % des jeunes européens de 18 à 24 ans sont (...)

● Lire la suite


Analyses

An EU Perspective On Wage Inequality

It is still far-fetched to speak about a single European labour market but the very (...)

● Lire la suite

Les niveaux de revenus au sein de l’Union européenne

Les inégalités de revenus [3] entre les populations européennes sont considérables, en (...)

● Lire la suite


Recherche scientifique

Ethical Justifications of Social Europe

Is a European Social union desirable ? And is it feasible ? Many politicians are (...)

● Lire la suite

Crisis and Inequality in Europe

The development of inequality Inequality in Europe has two dimensions : (a) (...)

● Lire la suite


Sondages et opinions

Que pensent les Européens des inégalités hommes/femmes ?

L’enquête datée de mars 2012 interroge le rapport des Européens aux inégalités (...)

● Lire la suite

Les Hongrois pleurent ensemble et stagnent ensemble

Comme indiqué dans des articles précédents, la moitié de la population hongroise (...)

● Lire la suite


21 mars 2013

Thèmes : • Cohésion sociale • Conditions de vie

Analyses

En partenariat

The Equality Trust est un organisme indépendant qui milite en faveur d’une réduction des inégalités de revenu en se basant sur des faits établis, afin d’améliorer la qualité des conditions de vie au Royaume-Uni.

● Voir tous les articles de la même source

● Voir le site Internet

Même thème