Les niveaux de revenus au sein de l’Union européenne

Les inégalités de niveaux de vie au sein de l’Union européenne sont très importantes. Les niveaux de revenus des 10 % les plus riches au sein des pays plus pauvres d’Europe sont ainsi équivalents aux niveaux de revenus médians au sein des pays plus riches…

Les inégalités de revenus [1] entre les populations européennes sont considérables, en particulier entre les membres historiques de l’Union européenne et les nouveaux venus. Pour se faire une bonne idée de ces écarts, il est utile de procéder à des comparaisons entre différents niveaux de revenus des populations européennes (voir l’encadré ci-dessous).

Les écarts de niveaux de revenus entre les populations européennes sont tellement importants que les plus riches parmi les populations pauvres d’Europe ont des niveaux de revenus similaires – voire parfois inférieurs – à ceux des plus pauvres des pays riches… Ainsi, les 10 % les plus riches en Roumanie perçoivent un revenu de 680 euros, contre 726 euros pour les 10 % les plus pauvres du Royaume-Uni. De même, le revenu médian [2] des Portugais (719 euros) est inférieur, par exemple, au revenu des 10 % les plus pauvres Français (893 euros). Comparer les niveaux de revenus entre pays donne également des indications sur la répartition des revenus au sein des pays. On constate ainsi que le niveau de revenus des plus pauvres est plus élevé dans les pays du Nord de l’Europe (comme la Suède au sein du graphique ci-dessous), alors que les 1 % les plus riches suédois ont un niveau de revenus bien plus faible que celui des 1 % les plus riches français.

Le tableau ci-dessous détaille les niveaux de revenus pays par pays. Les membres historiques et le Royaume-Uni – à l’exception notable de l’Italie – affichent des niveaux de revenus médians supérieurs à 1 200 euros. Ce même niveau de revenus est de 282 euros en Roumanie, 425 euros en Bulgarie, ou encore autour de 600 et 700 euros au Portugal ou en Grèce. Les écarts sont également importants lorsque l’on compare les niveaux de revenus des 10 % les plus pauvres. On peut à nouveau opposer les membres historiques aux autres. Par exemple, le niveau de revenus des 10 % les plus pauvres aux Pays-Bas est de 949 euros, plus de trois fois plus élevé qu’en Grèce (286 euros). Parmi les membres historiques, le niveau de revenus des 10 % les plus pauvres français (893 euros) est supérieur à celui des allemands (827 euros), mais inférieur à celui des pays du Nord de l’Europe (autour de 915 euros).

Pour les niveaux de revenus des 10 % les plus riches, trois pays, la France, l’Allemagne et l’Autriche affichent des niveaux supérieurs ou égaux à 3 000 euros. Ces niveaux sont notamment supérieurs à ceux observés au sein des pays du Nord de l’Europe (autour de 2 700 euros). Et ils sont beaucoup plus élevés que ceux des Roumains (680 euros), des Bulgares (1 030 euros), ou encore des Polonais (1 486 euros). En ce qui concerne les 1 % les plus riches, le niveau de revenus des français est de loin le plus élevé (7 072 euros), contre 5 954 en Allemagne, ou 4 748 euros en Suède. Ce même niveau de revenus est légèrement supérieur à 2 000 euros en Croatie.

Avertissement sur les données


Nous utilisons ici sur des quantiles pour comparer les niveaux de revenus. Les quantiles correspondent à des divisions de la population en tranche de revenus. Les données correspondent aux valeurs les plus hautes des quantiles. Ainsi, le niveau de revenus des 10 % les plus pauvres – le 1er décile – est celui qui est le plus élevé de cette tranche de la population. Le revenu médian correspond au 4e décile. Mais attention, les 10 % et les 1 % les plus riches correspondent respectivement au 9e décile et au 99e centile. Dans ces deux cas, les données correspondent donc au niveau de revenus le plus faible des quantiles.

Ces données sont issues d’enquêtes nationales, pour lesquelles deux méthodologies différentes sont appliquées. Un premier groupe de pays (en particulier les pays du Nord de l’Europe) recueille les informations grâce à des registres administratifs, tandis qu’un second groupe (dans lequel on retrouve la France) les obtient grâce à des enquêtes et des interviews, par courrier ou téléphone. Les taux de non-réponse varient très fortement entre les pays ainsi que les moyens utilisés pour déterminer les échantillons. Les faibles écarts ne sont donc pas significatifs. Par ailleurs, la plupart des organismes statistiques nationaux, à l’instar de l’Insee en France, ne sont pas en mesure de proposer des données aussi précises concernant le niveau de revenus des 1 % les plus riches…

Notes

[1Nous nous intéressons ici aux revenus disponibles par mois, c’est-à-dire les salaires, revenus du patrimoine et prestations sociales après redistribution. Toutes les données sont calculées en parité de pouvoir d’achat et tirées de la base de données d’Eurostat pour l’année 2013 (année de collecte des données) et concernent donc les revenus de l’année 2012. Nous nous permettons de mettre de côté le cas luxembourgeois dans la discussion, tant les niveaux de revenus sont exceptionnels par rapport à ceux observés dans les autres pays. Ce petit pays réunit en effet une population dont le niveau de revenus est très élevé.

[2Le revenu médian est celui qui divise la population en deux parts égales : 50 % touche un revenu inférieur, 50 % un revenu supérieur.


Photo : © tanatat - Fotolia.com


Données

La richesse par habitant en Europe

Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de 12 100 euros [1], la Bulgarie est (...)

● Lire la suite

Éducation et formation tout au long de la vie en Europe

Le départ prématuré de l’école En 2013, 11,9 % des jeunes européens de 18 à 24 ans sont (...)

● Lire la suite


Analyses

An EU Perspective On Wage Inequality

It is still far-fetched to speak about a single European labour market but the very (...)

● Lire la suite

Contre les inégalités : il faut agir au niveau européen

L’Union européenne ne peut prendre aucune décision ou réglementation dans le domaine (...)

● Lire la suite


Recherche scientifique

Ethical Justifications of Social Europe

Is a European Social union desirable ? And is it feasible ? Many politicians are (...)

● Lire la suite

Crisis and Inequality in Europe

The development of inequality Inequality in Europe has two dimensions : (a) (...)

● Lire la suite


Sondages et opinions

Que pensent les Européens des inégalités hommes/femmes ?

L’enquête datée de mars 2012 interroge le rapport des Européens aux inégalités (...)

● Lire la suite

Les Hongrois pleurent ensemble et stagnent ensemble

Comme indiqué dans des articles précédents, la moitié de la population hongroise (...)

● Lire la suite


21 mai 2015

Thèmes : • Données de synthèse

Analyses

En partenariat

L’Observatoire des inégalités est un organisme indépendant d’information et d’analyse sur les inégalités. Il est situé à Tours et dispose d’une antenne en région parisienne. Outre l’équipe permanente, il s’appuie sur un réseau de citoyens sensibilisés par la question des inégalités. L’Observatoire des inégalités dispose par ailleurs d’un conseil scientifique composé d’économistes, de philosophes, de sociologues et de juristes.

● Voir tous les articles de la même source

● Voir le site Internet

Même thème