Les Hongrois pleurent ensemble et stagnent ensemble

Les Hongrois sont très pessimistes sur leur situation et leurs perspectives économiques, ainsi que celles de leur pays. La majorité de la population "pleure", ou sinon "stagne", selon le rapport Tárki de juillet 2012. Traduit du hongrois par Ludovic Lepeltier.

Comme indiqué dans des articles précédents, la moitié de la population hongroise considère sa situation matérielle comme mauvaise et un dixième à peine comme satisfaisante. Nous voyons la situation économique du pays de façon bien plus négative : selon les trois quarts des Hongrois, la situation du pays est mauvaise, alors qu’un pour cent seulement pense le contraire.

Lorsque l’on analyse comment les Hongrois « traduisent » les tendances nationales sur leur propre situation, c’est-à-dire lorsque l’on compare les représentations qu’ils se font de leur situation et de celle du pays, nous remarquons que la plupart – 60% environ –, font la corrélation entre les deux. Parmi ceux-là, près de la moitié souffre de la situation nationale, notamment les personnes dont les conditions de ressource sont les plus mauvaises. Sur l’ensemble des personnes interrogées, une personne sur six (16%) estime que la situation du pays stagne ; il s’agit à notre avis des personnes qui se situent dans la couche moyenne sur le plan économique ou matériel. Pendant ce temps, il n’y au contraire qu’à peine une personne sur cent qui qui est satisfaite de sa situation et de celle du pays. Parmi ceux qui ne font pas le lien entre leur situation et celle du pays, la plupart estime mieux vivre que le reste du pays : presque un tiers des personnes interrogées considère avoir une situation plus favorable que le reste du pays. Lorsque l’on compare les deux catégories les plus importantes, nous constatons parmi ceux qui pensent que leur situation est meilleure que celle du pays, une surreprésentation des entrepreneurs, des étudiants et des diplômés du supérieur. Nous trouvons au contraire dans la catégorie des moins satisfaits les sans emploi, ainsi qu’une plus forte concentration de personnes n’ayant pas continué les études après l’école élémentaire.

Comparaison de la perception de la condition matérielle personnelle et de la condition économique du pays

La situation économique du pays
MauvaiseIntermédiaireBonne
La situation personnelleMauvaise4650
Intermédiaire24161
Bonne431

TÁRKI Omnibusz Juillet 2012. Enquête réalisé sur un échantillon de 976 personnes représentatives.

Typologie croisée des perceptions des conditions matérielles personnelles et de la situation économique du pays

Nous ne sommes pas plus optimistes concernant les perspectives d’avenir. La moitié des Hongrois mise sur la dégradation économique du pays, et presque autant perçoit négativement son propre avenir, alors que seulement 9% ont confiance dans l’amélioration de leur propre situation, et un peu plus de 14% dans l’amélioration de celle du pays.

Une majorité de personnes, 70%, mise sur le lien entre l’amélioration de leurs propres conditions de vie et celle de la de la situation économique du pays. 40% des personnes interrogées s’attendent ainsi à une dégradation de la situation sur les deux plans, et donc à souffrir de l’évolution de la situation nationale, alors que près de 30% pensent que ni leur situation, ni celle du pays, ne vont changer. La tendance optimiste est la plus minoritaire dans le groupe interrogé : 5% des personnes interrogées pensent que l’économie hongroise va connaître une embellie et que leur situation évoluera avec, alors que 15% pensent qu’ils devront se priver pendant encore un an, c’est-à-dire connaître une relative dégradation de leurs conditions de vie. Une part comparable pense que même si la situation du pays se dégrade, ils passeront au travers et finiront l’année positivement.

Ces trois principales catégories révèlent une concentration plus importante de chômeurs et de non diplômés parmi les plus pessimistes, alors que l’on note une moyenne plus importante d’entrepreneurs, de salariés et de diplômés de l’enseignement supérieur et de l’enseignement professionnel parmi ceux qui font confiance en leur propre capacité à surmonter les difficultés. Il y a enfin une surreprésentation des retraités et des apprentis parmi ceux qui pensent rester au bord du chemin, voire décrocher, et ce malgré quelques signes de changement positif pour le pays.

Comparaison de la perception des perspectives matérielles personnelles et des perspectives économiques du pays

La situation économique du pays...
...se dégrade...stagne...s’améliore
La situation personnelle......se dégrade3762
...stagne11287
...s’améliore225

TÁRKI Omnibusz Juillet 2012. Enquête réalisé sur un échantillon de 976 personnes représentatives.

Typologie croisée de la perception des perspectives matérielles personnelles et des perspectives économiques du pays


Données

La richesse par habitant en Europe

Avec un Produit intérieur brut (PIB) par habitant de 12 100 euros [1], la Bulgarie est (...)

● Lire la suite

Éducation et formation tout au long de la vie en Europe

Le départ prématuré de l’école En 2013, 11,9 % des jeunes européens de 18 à 24 ans sont (...)

● Lire la suite


Analyses

An EU Perspective On Wage Inequality

It is still far-fetched to speak about a single European labour market but the very (...)

● Lire la suite

Les niveaux de revenus au sein de l’Union européenne

Les inégalités de revenus [3] entre les populations européennes sont considérables, en (...)

● Lire la suite


Recherche scientifique

Ethical Justifications of Social Europe

Is a European Social union desirable ? And is it feasible ? Many politicians are (...)

● Lire la suite

Crisis and Inequality in Europe

The development of inequality Inequality in Europe has two dimensions : (a) (...)

● Lire la suite


Sondages et opinions

Que pensent les Européens des inégalités hommes/femmes ?

L’enquête datée de mars 2012 interroge le rapport des Européens aux inégalités (...)

● Lire la suite


29 octobre 2012

Thèmes : • Cohésion sociale • Conditions de vie • Europe centrale et orientale • sondages & opinions

Sondages et opinions

En partenariat

TÁRKI a 25 ans d’expérience dans la recherche empirique en sciences sociales en Hongrie. Les intérêts de recherches de l’organisation englobent un large panel de problématiques en lien avec la stratification sociale, les marchés du travail, la distribution des revenus, les modèles et attitudes de consommation et de styles de vie. TÁRKI travaille dans différents domaines de recherche pour ses partenaires qui incluent diverses agences gouvernementales, fonds de recherche, organisations internationales et compagnies privées hongroises et internationales, mais la recherche en science sociale reste la partie la plus importante de son travail.

● Voir tous les articles de la même source

● Voir le site Internet

Même thème